logo publicité Visiter le site national
retour à l'accueil plan du site Contacter le groupe régional administration du site
UNICNAM AQUITAINE 16 cours de la Marne 33800 BORDEAUX Cedex tél : 05 57 57 30 50 Fax : 05 57 57 30 70
Vous êtes ici : Actualité > 9ème COLLOQUE QUALITE
Actualité
L’actu nous concernant tous, Ingénieurs CNAM et diplômés de niveau I.
Culture CNAM
GEQC
VAE

Assemblées générales
Comptes rendus des assemblées générales du groupe régional AQUITAINE de l’UNICNAM.
Bureau National
GR Aquitaine

Asso
Tout sur l’UNICNAM, les services, devenir adhérent ....
Adhérer
Le bureau
Lettre de l’union
Services
Vie des GR

Evénements du GR AQUITAINE
Tous les évènements de la vie de notre groupe régional.
Annonces
Sorties en groupe

Fédération
La fédération des Associations des élèves et anciens élèves diplômés du CNAM.

Rubrique emploi
Annonces emploi du gr AQUITAINE

Histoire du CNAM
La chronique historique sur la création et la vie de notre école.

Énergie nucléaire : qualité, sécurité, médecine associées
9ème COLLOQUE QUALITE
Extrait de la lettre de l’union juillet 2004
jeudi 1er juillet 2004, par webmaster


Louis Collin, professeur au Cnam Clichy, convaincu de la nécessité d’avoir un dialogue dans une optique métier, sur l’énergie nucléaire avec le public, et au Cnam, en est l’artisan. Agnès Amelot assure la direction opérationnelle pour aider Louis à en assurer le succès.

Ce Colloque se déroule dans le cadre des Jeudis de l’environnement, organisés avec le Réseau de Compétences des sciences et métiers de l’Environnement, sous la direction de M. Paul Pham.

Xavier Cuny, président du RCE, ouvre ce colloque sur trois conférences, Qualité-sécurité nucléaire, Médecine nucléaire, et l’Énergie et le nucléaire.

Jacques Foos, professeur Titulaire de la chaire Rayonnement, isotopes et applications du CNAM, apporte un éclairage portant sur " ÉNERGIE ET LE NUCLÉAIRE "

Ainsi « quand on examine l’évolution de la demande énergétique d’ici 2050 (même si on suppose des économies d’énergie drastiques de la part des pays occidentalisés) et les diverses productions possibles en termes énergétiques (éolien, solaire, marémotrice, thermique classique et nucléaire) force est de constater (que l’on s’en réjouisse ou que l’on s’en attriste) que le nucléaire est la solution énergétique de demain, la plus écologique et la plus économique. A la condition toutefois, que les réacteurs nucléaires soient sûrs et que le problème du stockage des déchets ultimes soit définitivement réglé. Ce sont là les deux challenges “mondiaux” à relever.

Pourquoi ? Comment ? c’est l’objet de cette conférence. » .

Hervé BERNARD, Directeur du Pôle Maîtrise des Risques au CEA, et Président Délégué de l’ARCNAM PACA, présente "LA GESTION DES DÉCHETS RADIOACTIFS". « Des exemples concrets illustrent la réalité de la gestion quotidienne de tous les déchets produits par les activités nucléaires, qu’ils soient liquides, gazeux ou solides, de durée de vie courte ou longue, d’activité très faible, faible, moyenne ou haute. Ces déchets ont un parcours et un point d’aboutissement précisément définis : stockage définitif dans les trois centres gérés par l’ANDRA pour les déchets à vie courte, entreposage temporaire pour les déchets à vie longue dans l’attente de décisions des pouvoirs publics, envisagées à l’horizon 2006 par la loi votée en 1991.

Depuis cette date, les études menées par le CEA et l’ANDRA ont conduit à proposer pour ces déchets, des solutions techniques sûres et pérennes présentées ici, et parmi lesquelles il conviendra d’effectuer les choix futurs. »

Jean-Luc Moretti, Professeur agrégé, Service de Médecine Nucléaire, Hôpital Avicenne, donne une approche "NUCLÈAIRE CÔTÉ PILE, CÔTÉ FACE".

« La conférence a abordé les dommages engendrés par les énergies nucléaires militaires (Hiroshima, Nagasaki ) et civiles avec la divergence accidentelle de réacteurs comme le dernier à Tchernobyl ».

Côté pile, « après les décès immédiats 120.000 morts au Japon et 28 en Ukraine, il est constaté autour des épicentres la survenue en nombre anormal de leucémies et de cancers thyroïdiens en cas d’irradiation chez les jeunes enfants. Il faut savoir que l’incidence de cancers thyroïdiens a pratiquement doublé en France ces dernières années sans imputation possible à l’accident de Tchernobyl car le nuage radioactif n’a couvert que la bordure Est de la France alors que l’élévation des cancers a été plus marquée dans les départements de l’Ouest.

Côté face, la radioactivité a permis une imagerie moléculaire fonctionnelle permettant une amélioration diagnostique considérable pour une stratégie optimale des traitements et le suivi des pathologies graves dont le cancer. L’avènement de la tomographie positronique couplée au Scanner X est un tournant décisif pour la prise en charge optimale des tumeurs ».

Nous adressons nos remerciements aux conférenciers, ainsi qu’organisateurs du Colloque et à toutes les personnes qui ont été sollicitées.

LE COLLOQUE COMME PROJET

"Au risque d’étonner les lecteurs de la Lettre de l’Unicnam, je vais vous parler du colloque "Nucléaire, Qualité Sécurité Médecine associées", autrement.

D’un point de vue de management de projet. Management : man (homme ou femme), et main (la main, notons au passage qu’en anglais main = principal).

Les Fonctions du projet (projet = système, en mouvement) :

La première s’appelle au cinéma : distribution des rôles.

Un projet se "joue", comme une pièce de théâtre : (La preuve : reprise sur PACA en septembre / octobre).

- Contexte, situations (à ce stade prévisibles), scénario (processus).
- Répétitions (réunions) & mise en scène (architecture).
- Acteurs, liens, dialogues, et controverses (management).

Cet aspect, qui peut être conflictuel, navigue de relégué à ignoré en passant par dénoncé(*) comme l’empêcheur de tourner en rond...alors que - travaillé - il est source d’enrichissement, du scénario, du jeu des acteurs, et in fine, du projet. Et plus loin, des compétences de chacun...

Non travaillé, il est constitutif de freins, parfois puissants. Qui ressurgiront ailleurs, dans d’autres phases, qui encombreront, voire dévieront ou iront même jusqu’à échouer le projet. Une représentation fort utile pour penser (et acter) le management de projet : l’orchestre.

La stratégie (base du projet, mais aussi force)

Comme l’électricité, le flux passe en phase tout fonctionne et le management guidera la conduite.

Car aucun processus, fût-il le plus scientifiquement justifié, ne saurait remplacer le management. Ou bien c’est qu’un projet serait actif sur le papier... ou que le bureau des méthodes suffirait à remplacer l’usine. Or le réel nous dit que cette hypothèse est fausse. Albert Einstein disait : " la théorie c’est quand on sait tout et que rien ne fonctionne, la pratique c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi ".

Un projet est comme un scénario : lettre morte tant que les acteurs ne se sont pas saisis de leur rôles respectifs, ne l’ont pas porté à l’écran de la scène de l’entreprise, de l’association ou autres instances. En allant plus loin de ce côté-là, on rencontrerait rapidement une question de style et de cultures de métiers et milieux de travail, un autre point de vue RH que la gestion... ou l’application de techniques.

En posant la base du projet comme flux, j’installe aussi la communication comme mode. Ondes, vibrations, et non plus le classique schéma émetteur récepteur, tant la communication a évolué elle aussi en schéma systémique s’élargissant à d’autres dimensions jusque-là ignorées. Par purisme de clocher, déplacé actuellement où la transversalité est la condition à l’accomplissement des projets.

Conclusion

Penser l’amont, travailler l’aval : un projet est mouvement

La fonction des Actes d’une pièce de Théâtre (Acte 1 : Exposition ; Acte 2 : Nœud de l’intrigue ; Acte 3 : Grande scène ; Acte 4 : Coup de théâtre ; Acte 5 : Dénouement ; chaque Acte est une pièce entière ; source : Comédie Française) peut nous éclairer utilement pour penser les phases qui peuvent être différentes d’étapes, inscrites, elles, dans les unités de temps et d’espace d’un projet.

Un projet, c’est du vivant...

La systémique autorise la complexité, penser en actant se révèle vital.

Agnès AMELOT

Coach (supervision Dominique Lecoq, Cnam Paris)

(*) les grandes évidences devraient être suspectes. C’est une démarche de chercheur.

IMPRIMER L'ARTICLE
IMPRIMER
9ème COLLOQUE QUALITE

Dans la même rubrique :
GEQC Day 2004
8ème COLLOQUE QUALITE
SISQUAL 2002

Sur le web :
Les entreprises énergétiques réclament le sauvetage du marché du carbone
Le conflit sur les terres rares entre l'Europe et la Chine s'accentue
Le Parlement européen veut modifier les règles de concurrence pour l’agriculture
A Bruxelles, Stéphane Le Foll défend la PAC et le programme d'aide aux plus démunis
Thèse de doctorat Cnam ; Recommandations pour bien préparer votre projet
REACH ne devrait pas être réformé à court terme
Après Rio+20, les ONG craignent un manque d'ambition de l'UE
La France doit rembourser 62,9 millions d'euros d'aides agricoles


Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil
Union des Ingénieurs CNAM Association reconnue d'utilité publique (loi de 1901) Ce site est réalisé grâce au système de publication SPIP